Home / Afrique / République démocratique du Congo 30 juin 1960-30 juin 2020: Le long chemin vers l’Indépendance raconté par les Congolais

République démocratique du Congo 30 juin 1960-30 juin 2020: Le long chemin vers l’Indépendance raconté par les Congolais

Patrice Emery Lumumba, Premier ministre et héros, puis martyr de l’indépendance du Congo

Racine réédite Mémoires noires***, le livre dans lequel le journaliste François Ryckmans a rassemblé les nombreux et précieux récits de Congolais, témoins directs, souvent négligés, des vingt dernières années de la colonie et de la décolonisation. Un bilan nuancé et sans complaisance.

Un maçon, un futur ministre, un historien, un enseignant venu travailler à l’Expo 58 ou un jeune militant radical… Des profils disparates choisis pour la qualité de leurs témoignages et de leur mémoire. Chacun, à sa manière, retrace sa vie quotidienne dans une colonie qui se rêvait « modèle » mais où l’égalité, la fraternité et la liberté étaient le plus souvent mises à mal par le mépris, la méfiance et/ou la distance imposée. Ils décrivent ainsi Léopoldville coupée en deux par un apartheid de fait, avec la ville blanche, d’un côté et la cité noire, de l’autre. Le couvre-feu imposé, les postes forcément subalternes et les salaires bloqués réservés aux « indigènes ». Ils évoquent aussi les événements qui ont jalonné les revendications d’indépendance : les découvertes faites par les soldats congolais lors de la Deuxième Guerre mondiale, le Expo 58soulèvement de Léopoldville en janvier 1959, la montée des revendications sociales et politiques et le discours du Premier ministre Patrice Lumumba, le 30 juin 1960.

Retour sur vingt années – de 1940 à 1960 – qui ont conduit le Congo vers l’indépendance. Un récit mené pour une fois par une multitude de témoins directs, « trop souvent oubliés par l’Histoire officielle. »

Points de vue contrastés et histoire vécue de l’intérieur

La force de ce livre, qui suit une série de reportages radiophoniques réalisés pour le compte de la RTBF, réside dans la richesse et la diversité de ses intervenants. Par la qualité de ces témoignages aussi puisque le journaliste François Ryckmans propose une suite d’interviews plus ou moins brèves qui confèrent à son ouvrage un caractère rythmé et vivant. Au fil des pages, des hommes et des femmes se racontent, des destins se révèlent. Et on a presque l’impression d’entendre leurs voix.

Parmi ces entretiens variés, figure celui au long cours mené avec Thomas Kanza, premier universitaire (laïc) du nouvel Etat indépendant du Congo en 1960. L’homme rappelle qu’il a choisi d’étudier la psychologie et la pédagogie parce qu’en 1952, les Congolais n’étaient autorisés à étudier ni le droit, ni la médecine, ni à faire des études d’ingénieur…. Une question à la fois cruciale et emblématique puisque l’absence d’élites congolaises a gravement nui au développement du pays et a entaché sa naissance. (L’université de Lovanium a seulement été créée en 1954.)

Si, pour certains, l’indépendance signifiait la fin des discriminations et des vexations, beaucoup ont déchanté par la suite, surtout ceux qui rêvaient de prospérité et de crédit facile. Entre précipitation politique, mainmise économique et malentendus logistiques et pratiques, le ver était dans le fruit dès le début. L’amertume a entraîné la colère et partant, des violences et de dramatiques incidents.

Le hasard de sa naissance a poussé François Ryckmans, petit-fils de l’ex-gouverneur du Congo et du Rwanda-Burundi, à établir en 2000 et en 2010, ce bilan nuancé mais sans complaisance de la colonisation belge. Le livre est jalonné d’un certain nombre d’encadrés historiques et ou de statistiques permettant d’asseoir les connaissances ou de favoriser les comparaisons avec les expériences d’autres nations. Ils renvoient en outre à des textes de références permettant d’approfondir les thématiques abordées.

La série de reportages radio « Mémoires noires d’une indépendance – Les Congolais racontent le Congo belge 1940-1960 » qui a précédé la réalisation de ce livre est également à nouveau disponible en podcast. On peut les retrouver en suivant ce lien de podcasts, sur le site de La Première.

Karin Tshidimba

« Mémoires noires: Les Congolais racontent le Congo Belge (1940-1960) », Editions Racine, 298 pp., env. 24,95 €

 

Source : afrique.lalibre.be

About La rédaction

Check Also

Présidentielle en Côte d’Ivoire: vers une alliance Bédié-Gbagbo-Soro contre Ouattara?

Dans l'alliance, nous sommes plusieurs, mais il va de soi que le mieux placé, s'il y a un deuxième tour, aura le soutien de tous les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

LET'S GO
SUBSCRIBE
INSCRIVEZ
Gratuitement
Sed ut perspiciatis unde omnis