Home / Culture / Musique : Lionel Light accouche du Bridge Star Music

Musique : Lionel Light accouche du Bridge Star Music

Une œuvre musicale solide comme un pont de pierre

Une étoile se posa autrefois au-dessus d’un hameau perdu dans les hauts plateaux du West Cameroon (la région du Nord-ouest, plus précisément). Si elle avait été filante, il y a bien longtemps qu’on en parlerait plus. Sauf qu’elle s’obstina, dans une irrécusable brillance, à parcourir inlassablement la voûte spatiale en quête d’un coin tranquille d’où elle illuminerait moult existences.

Ce coin tranquille s’est-il laissé trouver et convaincre enfin, qu’il offre matière à accomplissement d’une destinée exceptionnelle ? Une de celles que cette Afrique en miniature dénommée Cameroun sait offrir au monde ? Une de plus, une pour donner à la musique du “Mboa” d’autres lettres de noblesse, celle de la naissance du Bridge Star Music.

On comprend aisément la périphrase de « l’Afrique en miniature » accolée au nom Cameroun en revisitant la galette de Bridge star Music qui a récemment fait son entrée sur la scène, dans le sillage de tant d’autres qui ornent le paysage culturel national. A elle seule,  cette œuvre musicale se veut le condensé de toutes les musiques du monde.

En un mot comme en mille, c’est cela la quintessence du Bridge Star Music, le genre musical qu’offre Lionel Light. Une combinaison savoureuse de grandes sonorités mélodiques du monde, tel un pont qui met en liaison toutes les disparités qui s’agrègent pour donner sens à des existences si plurielles, telle cette lueur qui parcourt autant de contrées pour distiller la beauté.

Le parcours atypique de Lionel Light n’a pourtant rien d’un conte de fée. Du moins eu égard aux vicissitudes ordinaires qui ont émaillé sa vie depuis ce jeudi 14 septembre 1982 à 15 heures où il vint au monde à Wum, une petite localité de la région du Nord-ouest du Cameroun. En se frayant son chemin sinueux vers l’âge adulte, le jeune EFANG Lionel (son nom à l’état civil), s’offrait un choix entre l’art (l’architecture surtout) et une carrière professionnelle dans l’armée. La musique qui ne faisait pas tant partie de ses passions, va finir par s’interposer sur le chemin de l’accomplissement de rêves fous de se mettre au service de son pays.

Il va alors intégrer la grande muette en 2004 et ce, jusqu’en 2012. Au cours de cette année 2012, à l’issue d’une formation à L’École civile pour ingénierie, Lionel brave les obstacles et obtient le Brevet Technique numéro 2 (BT2), en même temps qu’il subit un stage Inter Armée (IA). Dans la foulée, il se voit accorder le privilège de la réalisation d’ouvrages d’architecture, dont le tout premier monument du centre d’instruction (CI) de Djoum, ainsi que celui du CIFAN de Ngaoundéré. Il n’en fallait pas beaucoup, pour que la vie du jeune soldat prodige sombre dans les ténèbres d’une maladie grave, qui lui fera perdre presque complètement l’usage de la vue, en 2015.

La naissance du Bridge Star Music

Alors qu’il lutte avec ardeur, enveloppé dans l’obscurité, pour recouvrer la vue, ne serait-ce qu’en partie,  va jaillir la LU-MI-È-RE !

Lionel Light. Une douceur qui se moque des malheurs

Dans ce noir sans couleur, comme happé par les ténèbres du mal, dans l’obscur de ses yeux, il aperçoit une lumière mentale, un ensemble de magnifiques sons, une combinaison de tous les sons terrestres. Il donne à cette mixture phonique un nom : Bridge Star Music. Nous sommes aux premières lueurs de l’année 2020. De cette expérience fabuleuse, découle la mise sur pied de son concept Bridge Star Music, lequel se résume en un lien d’égalité entre le ciel et la terre, le riche et le pauvre, les ténèbres et la lumière. Dans l’optique de propulser en avant son concept, il va s’atteler à l’écriture de 22 chansons, dont la première mise en boite, au titre éponyme de Brigde Star Music, le consacrera.

En attendant de décliner entièrement les 22 titres, Lionel Light entend transporter progressivement son public dans son univers féerique, à la fois par l’œuvre musicale et par un vidéogramme qui met en exergue sa chevauchée fantastique au milieu des étoiles, au-dessus des nuages en tout cas, telle cette lumière éblouissante qui s’exsude par une éruption fantasmagorique, pour aller habiter là haut.

Le Brigde Star Music, une juxtaposition de sons et d’images, qui donne de l’épaisseur à des mélodies suaves…

Le réalisateur de cette œuvre époustouflante d’effets spéciaux et de brillance, Cédric NOTUE, traduit à merveille la quintessence du Brigde Star Music, en une juxtaposition de sons et d’images, qui donne de l’épaisseur à des mélodies suaves, parmi lesquelles se balade allègrement une voix fluette, incertaine, mais douloureusement savoureuse.

Nulle doute que les amateurs de culture seront servis par ce somptueux étalage, qui exalte  le riche patrimoine culturel du Cameroun, où se mêlent danses, rituels et agrégats matériels, dont cette allusion subliminale à la danse Kounga si cher à la région des Grassfields et qui sert de trait d’union entre des peuples que l’outrance coloniale n’aura jamais réussi à séparer.

Donnez-vous donc la peine de la découverte, faîtes place au Brigde Star Music. C’est l’effort à faire pour payer en retour le sacerdoce de Lionel Light.

 

About Etienne TALLA

Patron de 02 E-Media: www.horizoncamer.com et www.Tallartistik.com. Blogueur et communicant pour des marques. ''Meilleur Blogueur Francophone'' 2019 au ''BDMA'' Contact: 697672656. Mail: tallaetienne94@gmail.com

Check Also

Scandale : L’actrice Marie Inès Ayonga trainée en justice par la Waves Films Production

Marie Inès n’est  pas la seule à être poursuivie par la nouvelle maison de production. L’actrice Cynthia Elisabeth Ngono est également convoquée à comparaître devant les autorités judiciaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

LET'S GO
SUBSCRIBE
INSCRIVEZ
Gratuitement
Sed ut perspiciatis unde omnis