Home / Actualités / La Chine, du Nationalisme à l’Impérialisme !

La Chine, du Nationalisme à l’Impérialisme !

le 18 septembre 2012, des Chinois descendent par dizaines de milliers dans la rue, sous l’oeil bienveillant du pouvoir, pour exiger du Japon la restitution des îles Diaoyu/Senkaku. Un bras de fer incertain aux forts relents nationalistes. Photo AFP (Source, ladepeche.fr)

Sous-tendue par une étude tiers-mondiste, cette étude menée par Joel Leon, avec méthode lève un pan de voile sur la formule très répandue de remplacer un empire par un autre. Tout en mettant l’Afrique en garde sur les aboutissants regrettable de cette démarche de prédateur érigée en règle par les grandes puissances, le Journaliste et analyste politique attire l’attention des sur la République Populaire de Chine, dite communiste, dans sa transition impériale. D’où la réflexion, sans passion, d’un Afro-descendant dont le pays d’origine a subi et continue de subir le poids colonial de l’Europe et de l’Amérique du Nord.

Dans la 4eme partie du diktat de Versailles, l’Allemagne était forcée de renoncer à son vaste empire.  Les puissances victorieuses dépeçaient l’Allemagne. Un acte qui allait engendrer l’une des plus grandes révolutions politiques/économiques/sociales/idéologiques du 20e siècle, celle de la chine de 1949. L’article 22 de la charte du pacte de la Société Des Nations-SDN, avait permis au Japon d’acquérir des territoires de la Chine, qui furent sous l’obédience de l’Allemagne. Ce qui déplaisait profusément aux chinois.  L’acte fatal qui allait exalter le nationalisme dans ce pays a un degré jamais vécu auparavant. Ainsi est apparu, Mao Tsé-toung !

La Chine est une nation qui traine derrière elle une douloureuse histoire. Particulièrement marquée par des guerres civiles, des coups d’état, d’interminables successions de dynasties, telles que : Shang-QIM-Khan-Ming-Qing… des invasions étrangères (celles des Nomades, des Mongols, des Britanniques et des Japonais). En 1911, un soulèvement militaire mit fin à la dynastie Qing au profit du républicanisme. Peu de temps après, en 1914, débuta la première guerre mondiale. Dans le pays, les luttes fratricides firent rage pour le contrôle du pouvoir politique. Cependant, le Traité de Versailles allait permettre un ralliement unitaire entre les diverses fractions en conflit contre l’occupation japonaise.

La Chine n’avait jamais été une puissance impérialiste dans le passé. Ce fut une nation très traditionnelle qui vivait au rythme de ses valeurs culturelles nationales. S’il est vrai que l’ex-dirigeant  Mao Tsé-Toung tentait d’influencer quelques conflits politiques dans le monde, c’était tout simplement une question de principe lié à son idéologie communiste qui exigeait un certain engagement internationaliste. Mais en réalité, la Chine se repliait sur elle-même à travers des programmes de développement national et des tentatives de consolidation interne de pouvoir.

Mais en 1972, une initiative américaine, ingénieusement préparée par le président Richard Nixon, allait changer la donne. Ainsi, la prédiction de Napoléon de 1816, « Laissez donc la Chine dormir, car lorsque la Chine s’éveillera le monde entier tremblera », allait devenir une réalité. Du 21 au 28 février 1972, Richard Nixon et son équipe séjournèrent en Chine. « La semaine qui a changé le monde », c’est ainsi que le président américain qualifia la visite. Pourquoi ? D’abord, du point de vue stratégique, Nixon entendait exploiter le conflit sino-soviétique autour d’une question frontalière qui avait mis militairement les deux pays face à face. Il y avait eu mort d’homme.

Il entendait se rapprocher de la Chine, sous prétexte d’avoir un ennemi commun, l’Union Soviétique, dans le but de freiner son influence dans le continent asiatique. La Chine, longtemps isolée de l’ambiance internationale, voulait en profiter pour sortir et s’ouvrir vers le commerce international. Donc, c’était une rencontre bien calculée avec des gains mutuels certains. Mao Tsé-toung mourut quatre ans après. Ce qui ouvrit le champ libre au pragmatique Ding Xiaoping de tourner la page obscurantiste de la longue révolution culturelle de Mao et de s’offrir pleinement à la modernité occidentale.

« Si la Chine ouvrira ses portes, des mouches entreront forcément », ou encore « Peu importe que le chat soit noir ou blanc pourvu qu’il attrape les souris », l’objectif fondamental du chairman Deng Xiaoping consistait à offrir de nouvelles opportunités économiques/technologiques/sociales aux nationaux. En octobre 2000, soit 18 ans après la visite de Richard Nixon, et 3 ans après la mort de Deng Xiaoping, les Etats-Unis et la Chine signèrent leur premier traité de libre-échange.

Aujourd’hui, des 24.4 trillions de dollars de dettes des Etats-Unis aux gouvernements étrangers, la Chine à elle seule compte plus de 1.13 trillions là-dedans. En 2014, la Banque Mondiale déclara que la Chine est la plus grande économie mondiale en fonction de son PIB à parité de pouvoir d’achat (PPA).  En 2019, son PIB PPA a atteint 27 000 milliards de dollars, quand celui des États-Unis fut de 22 000 milliards. Donc, la République Populaire de Chine est incontournable au niveau de la vente et de l’achat. Avec une économie en pleine croissance depuis près d’une décennie, cette nation est très forte. En 2017, son exportation  fut de l’ordre de 2 157 milliards de dollars.

Elle exporte tout : matériels de communication, textiles, vêtements, machines électriques, ordinateurs…L’Amérique est le plus grand consommateur des produits chinois avec près de 20%. Pourtant, le tigre asiatique n’importait seulement de 8% des Etats-Unis d’Amérique. Voici quelques chiffres qui pourraient vous donner une idée de ce que représente ce pays sur l’échiquier mondial. L’état chinois produit plus de 71 milliards de tonnes de textiles annuellement ; elle vend 858.300 automobiles par an dans le monde ; elle abrite 430.000 entreprises étrangères ; elle possède plus de 4000 banques d’épargne et de crédit ; elle construit plus de 60.000 kilomètres d’autoroute.

En revanche, la Chine consomme plus de 8 millions de barils de pétrole par jour, ce qui fait que 16 des 20 villes les plus polluées du globe sont situées là-bas. Sans oublier qu’elle consomme 25% des produits de luxe à l’échelle planétaire. Il est important de souligner que les Chinois sont les maîtres de la contrefaçon dans le monde à 80%.Forte de ce degré de développement économique et social, la Chine devient impérialiste.  Dans un sens, il s’agit d’un aboutissement naturel et logique. La surproduction, une étape supérieure dans la création des richesses, est le premier passage qui exige un grand besoin de consommateurs.

Les peuples, trop gâtés par la consommation abondante et luxueuse, sollicitent de plus en plus de leurs dirigeants. Cette étape dans la vie d’un peuple projette des réverbérations de supériorité par rapport aux autres qui n’atteignent pas ce même niveau élevé de vie. La Chine est entrée dans cette phase ou l’humanisme marxiste n’est plus au rendez-vous. La domination et le profit défient toutes les autres logiques altruistes, jugées trop lâches ;  et, elle s’impose comme les nouveaux crédos nationaux. L’idéologie prolétarienne internationaliste est vite remplacée par la nécessite « d’étendre son autorité sur d’autres peuples ». L’orthodoxie fait place à la real politique.

Le grand paradoxe chinois est d’autant plus étrange que grotesque. Le parti dit « communiste » est au pouvoir depuis 1949 ; c’est le totalitarisme total. Les dirigeants Chinois se réclament du socialisme. Cependant, la gestion économique du pays se fait par l’application des lois du marché. Contradiction flagrante ! Certains parlent d’économie socialiste de marché, deux termes totalement antagoniques. En réalité, il n’y a pas encore une définition empirique de l’expérience chinoise en cours ; même les chinois eux-mêmes n’arrivent pas à en produire une formulation normative.

Mon avis personnel, c’est juste une étape transitoire vers le système capitaliste avec des visées impériales soutenues. Au cours de l’année 2009, j’avais publié dans les colonnes de www.mondialisation.ca, un article sous le titre « Flash ! Les rapaces sont de retour dans les rues africaines ! ». En voici un extrait : « Jusqu’à présent, les Chinois n’expriment aucune velléité soutenue de s’immiscer dans les affaires politiques des pays où ils sont présents. Mais, pour combien de temps cette « politique apolitique » va-t-elle tenir ? French Howard, un ancien correspondant du journal New York Times  pour l’Afrique, dans une interview accordée au New Yorker» a opiné de cette façon : ‘Les Chinois sont apolitiques dans le sens qu’ils ne sont porteurs d’aucun projet axé sur un système de valeur (chinois), qu’ils tentent d’imposer dans les pays où ils en sont opération.

Cependant, ils sont politiques en terme de stratégies adoptées conformément à la réalité de chaque pays africain’ (…) ».  Ce que Howard French a négligé de mentionner, c’est que les Chinois pratiquent « l’Art de la guerre » de Sun Tzu. L’économie et les finances d’abord, la politique ensuite. C’est-à-dire, laisser les Occidentaux s’empêtrer dans des conflits armés et religieux sans issus, tels que : coup d’état, génocide à la rwandaise, autant que possible, détruisant ainsi davantage leur crédibilité et leur position morale. Le Chinois s’imposera alors comme l’alternative du moment, en temps et lieu. 

A quelle sauce la Chine va-t-elle manger l’Afrique ?

J’avais vu juste. L’impérialisme chinois est visible partout aujourd’hui. En Amérique Latine et les Caraïbes, en particulier à la Jamaïque, il est si présent que certains citoyens commencent à se questionner sur la forte présence jaune dans leur pays. D’ailleurs, le « Jamaica Observer » du 24 avril 2020 dernier,  publia un article très révélateur sous le titre « Chinese Firm takes over Kingston Freeport Management Company ». Le gouvernement jamaïcain a été notifié par CMA CGM de l’intention de transférer KFTL (Kingston Freeport Terminal Limited) à « Terminal Link », avant l’annonce officielle de la transaction. Rien n’a été fait pour stopper la marche impériale ascendante de la Chine dans les Caraïbes.

En Afrique, c’est pire. Tous les pays de ce continent, à l’exception d’un seul Etat, établissent des rapports diplomatiques avec la Chine. Avant, ils maintenaient des relations avec Taiwan. C’est révolu  maintenant.  Ils sont forcés de choisir, car la condition sine qua non imposée à tout pays, c’est de renoncer aux relations diplomatiques avec Taiwan.  De plus, un million de Chinois prennent habitation sur le continent noir. Partout, on rencontre des commerçants chinois. Ils sont motivés, financés et grassement payés pour s’y établir.

L’Afrique a une dette de 143 milliards de dollars à l’égard de la Chine. La Zambie s’apprête à céder le contrôle de la 3e mine de cuivre du pays aux chinois, parce que ne pouvant plus honorer sa dette. La langue chinoise, le Mandarin, est officielle en Afrique du Sud et est enseignée à l’école. En revanche, on n’introduit pas le Wolof, le Lingala, le Yorouba, l’Oromo, l’Haoussa ou le Swahili…dans le système éducatif du continent, qui sont des langues africaines de plusieurs millénaires.

La république populaire chinoise est en train d’endetter l’Afrique comme les empires occidentaux l’avaient fait auparavant.  Il s’agit d’une pratique malsaine qui consiste à prêter de fortes sommes d’argent, hors de la capacité de remboursement de certains états africains, à l’effet de les pressurer plus tard. Quand ils sont plus en mesure d’honorer le paiement de ces dettes faramineuses, le gouvernement chinois intervient. Il propose une soi-disant  « négociation ». Fort souvent, il entre en possession des secteurs économiques et financiers clés de ces pays, comme les ports, aéroports, plusieurs centaines hectares de terre…pour regagner leur argent.

D’ailleurs, ils se foutent pas mal de la nature des gouvernements au pouvoir. Au contraire, ils préfèrent conclure des affaires avec les plus corrompus ; c’est plus juteux et moins exigeant. Il n’y a aucune morale dans les transactions économiques et financières avec les autres pays, en particulier, ceux de l’Afrique. Par-dessus tout, les responsables chinois (politiques et économiques) affichent un racisme répugnant à l’égard des NOIRS. Ils maltraitent leurs employés nègres : ils vont jusqu’à les fouetter comme des esclaves s’ils n’arrivent pas à l’heure au boulot. Ils exploitent sexuellement les femmes africaines.

En dernier lieu, les 200.000 Africains qui séjournent en Chine ont vu de toutes les couleurs. Sous les yeux de la police, parfois avec leurs participations, les Noirs sont expulsés de leurs appartements et jetés dehors, sous prétexte qu’ils sont porteurs de coronavirus. Ils ne peuvent plus fréquenter les marchés publics, les magasins, les restaurants, les boites de nuit…Le gouvernement chinois n’a levé le petit doigt pour faire respecter les droits des migrants noirs conformément aux conventions internationales.

Aucune prétention hégémonique n’est possible sans l’existence d’une forte armée et des influences diplomatiques. La Chine est l’un des cinq membres du conseil permanent des Nations Unies. Ce privilège permet de dominer l’échiquier international, car jouissant du droit illimité de veto, il faut toujours compter sur la Chine. Ce géant asiatique fait partie des huit (8) nations détentrices d’armes nucléaires dans le monde. L’actuel président chinois_ XI Jinping, peu de temps après son arrivé au pouvoir_, exprima clairement son intention de moderniser l’armée de son pays. Ainsi, en 2015, dans son premier livre blanc « La feuille de route de la défense », la nouvelle image de l’armada chinoise a été dessinée.

Quatre ans après, une deuxième version est apparue pour calmer les autres puissances mondiales qui s’interrogeaient sur les vraies intentions militaires. La Chine rassure. Cela n’empêche pas que les autorités locales aient consacré 1.8% du PIB au service de l’armée, soit 240 milliards de dollars l’an. Donc, sur le plan militaire, les Chinois se mettent au diapason avec les succès économiques des 25 dernières années afin de pouvoir répondre aux nouvelles exigences géopolitiques à venir. La Chine a établi sa première base militaire en dehors du territoire national.  « La Chine est après les Etats-Unis, le 2e pays le plus impliqué dans les opérations de maintien de la paix. C’est une position que la Chine défend d’autant plus qu’elle a pour la première fois une base (militaire) à Djibouti.

Une base qui pourrait accueillir jusqu’à 10.000 hommes ». D’ailleurs, comme les occidentaux, les armes chinoises envahissent les théâtres de guerre sur le continent africain, « Les ventes d’armes chinoises à l’Afrique ont augmenté de 55%, depuis l’arrivée de XI Jinping au pouvoir ». C’est une réaction normale, car la nouvelle route de la soie a besoin du soutien militaire pour que cela soit matérialisé.  Parce qu’«Elle est à la fois un ensemble de liaisons maritimes et de voies ferroviaires entre la Chine et l’Europe passant par le Kazakhstan, la Russie, la Biélorussie, la Pologne, l’Allemagne, la France… ». Pour combattre la piraterie maritime des groupes bien organisés, il faut les armes et les dernières technologies.

Donc, la Chine_ après avoir stratégiquement caché ses capacités militaires et son vaste plan impérial pendant des décennies_ arrive à un l’un des carrefours historiques de son histoire. Aujourd’hui, elle  exhibe tout. Le moment du profil bas est terminé. Elle opte pour « être sur le devant de la scène mondiale ». En termes clairs, la phase hégémonique s’impose.

Bonnie Glaser, le directeur du « Think Tank » « China Power Project », s’exprime à propos de la volonté impériale en ces termes : « Lorsqu’elle voit des opportunités, la Chine se déplace pour les exploiter. Et nous sommes à un moment où les chinois voient définitivement des opportunités ». L’exploitation ipso facto de la décision de Donald Trump de stopper temporairement la contribution américaine a la puissante « Organisation Mondiale de la Sante-OMS » est le plus probant exemple de l’agressivité chinoise sur l’échiquier international. En moins de deux semaines, la Chine a réagi en offrant 30 millions de dollars de plus a l’organisation et invite les autres états à faire de même.

En conclusion, la Chine présente toutes les caractéristiques d’une puissance à tentation impériale. La détermination est manifeste : les intrusions hégémoniques hors de ses frontières sont connues, l’investissement et la sophistication militaires sont perceptibles, l’ethnocentrisme arrogant, le racisme barbare et désuet. Au pis-aller, la volonté du gouvernement de se lancer à la conquête d’autres marchés et civilisations se trouvent dans plusieurs discours du président XI Jinping. Il n’est que d’attendre la réaction de l’occident, en particulier celle des Etats-Unis, qui n’entendent pas partager la domination mondiale. Sommes-nous à la veille d’une autre 3ème guerre mondiale ? Car, l’un des points communs de tout empire est la guerre !

Joel Leon

Source : Cameroonvoice

About La rédaction

Check Also

Coronavirus: Why Everyone Was Wrong. It is Not a “New Virus”. “The Fairy Tale of No Immunity”

At the end of 2019 a coronavirus, which was considered novel, was detected in China. When the gene sequence, i.e. the blueprint of this virus, was identified and was given a similar name to the 2002 identified Sars, i.e. Sars-CoV-2, we should have already asked ourselves then how far [this virus] is related to other coronaviri, which can make human beings sick.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

LET'S GO
SUBSCRIBE
INSCRIVEZ
Gratuitement
Sed ut perspiciatis unde omnis