Home / Actualités / Covid-19 : quel traitement  faut-il administrer aux malades ?

Covid-19 : quel traitement  faut-il administrer aux malades ?

La chloroquine

Des mois se sont écoulés et le monde est toujours sous la menace de ce virus qui le tétanise. Du Nord au sud, de l’Est à l’Ouest la bataille se poursuit, l’une des rares fois où plusieurs pays peuvent s’unir pour lutter ensemble.  Tout le corps médical mondial est uni pendant cette période de crise sanitaire. Mais des doutes et polémiques existent autour du médicament approprié pour soigner les malades atteints du virus (covid-19). On ne sait plus à quoi se fier, tout est trouble. Qu’est-ce qui guérit du Corona? Telle est la question que l’on se pose, car il n’existe pas de traitement spécifique dédié à cette maladie.

Traitement à la traditionnelle ou à la moderne?

Il y a d’abord eu la chloroquine qui s’est révélée efficace sur certains malades et pas sur d’autres. Cette “découverte” fût accueillie avec beaucoup de joie et de compassion puisqu’elle venait d’ailleurs. Même à ce niveau, rares sont les pays qui l’ont inscrite dans la liste des médicaments servant à lutter contre le Corona. Malgré cela le nombre de cas ne faisait qu’augmenter ainsi que les décès. Voilà de quoi douter de l’efficacité de ce médicament “tombé du ciel” comme l’estimait certaines personnes. Insuffisant ! l’Instance mondiale en charge de la santé (OMS) pensera au vaccin, une nouvelle qui sera très mal accueillie par les Africains puisqu’ils étaient destinés à être les premiers “bénéficiaires” de ce “cadeau” considéré comme empoisonné, voire carrément mortel. Du côté de l’Afrique, il y en a des pays qui se démarquent. En effet, il y a quelques temps, le Président malgache annonçait à la communauté internationale la mise sur pied d’un médicament fait à base de plantes pour lutter contre le Covid-19 appelé  Covid Organics  dont la distribution serait gratuite.

Le président malgache Andry Rajoelina et son célèbre Covid-Organics

Au Cameroun, on aurait une pléthore de solutions?

Avec  la baisse de garde et la prise de certaines décisions, le Cameroun se trouverait en mauvaise posture. Déjà que les quelque 1000 cas étaient difficiles à endosser,  Voilà que les différentes décisions se trouvent être le catalyseur principal de l’augmentation du nombre de cas qui à nos jours, atteindrait déjà plus de 2000. Mais, le pays ne pourra sombrer si tout se passe bien et si les populations prennent conscience de la gravité  de la situation… La solution peut évidemment surgir de partout même d’où on s’attend le moins. C’est le combat de tout le monde et non d’une personne. c’est en effet ce que nous pouvons  constater avec le médicament anti Corona mis sur pied par Monseigneur Samuel Kleda l’Archevêque de  Douala. Ce médicament s’avère être efficace puisque le gouvernement s’est allié à Monseigneur Kleda pour une production massive afin de satisfaire tout le monde désirant entrer en sa possession.

Expérience vécue par un malade et sa famille

Nous avons préféré garder son identité secrète ; lui c’est un jeune homme vivant dans la ville de Douala avec sa famille dont le père fait partie du corps médical. En service à l’hopital La Quintinie, le père du jeune contractera le virus sans le savoir et exposera ainsi toute sa famille. Mais la maladie n’aura pas eu le temps de se développer même si le père était asymptomatique car la famille avait déjà pris l’habitude dès le début de l’épidémie de consommer des produits traditionnels tels que : kinkéliba (ou Quinquéliba), portion de citron+miel+gingembre dans de l’eau chaude. C’est en quelque sorte ce qui les aurait sauvés et guéris de cela puisque la mère avait déjà commencé à développer les symptômes.

Que dire? Devons nous attendre les autres ? Nous nous posons la question : Où sont passés tous ces médecins traditionnels qui envahissent les bus de transport pendant les voyages, ceux là qui soignent tout? Il se trouve qu’ils ont tous disparu des radars

About La rédaction

Check Also

Négociations en trompe-l’œil sur la crise anglophone : Comment le tweet de Ayuk Tabe a tout fait foirer

Le régime de Yaoundé voulait ainsi trouver les moyens de créer des conditions d’un possible apaisement lui permettant de mettre à exécution son programme de reconstruction des régions anglophones.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

LET'S GO
SUBSCRIBE
INSCRIVEZ
Gratuitement
Sed ut perspiciatis unde omnis