Home / Culture / « Coupez-leur le zizi ! » : Un (petit ?) mal pour un grand (!) bien ou la solution radicale anti-viol mise en texte de Félix Mbetbo ?

« Coupez-leur le zizi ! » : Un (petit ?) mal pour un grand (!) bien ou la solution radicale anti-viol mise en texte de Félix Mbetbo ?

Coupez-leur le zizi. Première de Couverture

Thérapie d’ensemble, appel à l’exorcisme collectif ? Félix Mbetbo a-t-il trouvé la panacée au mal “viol” ? Peut-être que oui, si l’on considère la crudité de son énonciation : « coupez leur le zizi ! ».

Assurément, non si l’on considère d’autre part que cette pensée vengeresse a trotté dans l’esprit d’au moins une victime directe sur deux de viol, voire dans l’esprit d’au moins une victime collatérale (ces proches des victimes de viol(s) qui voient elles aussi leurs existences affectées par les conséquences du sort infligé à leur “personne” par le(s) violeur(s)) sur deux :

  • Le mari qui souffre de voir son épouse -jadis ou récemment violée et traumatisée à vie- le considérer sous un prisme cauchemardesque à chaque fois qu’il la désire ou manifeste simplement l’intention de lui prodiguer de la tendresse ;
  • Le frère ou l’ami qui ne peut se permettre une tape amicale sur la sœur ou l’amie qui a victime de la même infamie sans risquer un regard ou se mêlent effroi et reproche, à défaut de faire face ;

Mais qu’à chaque fois, dans nos sociétés aux mœurs occidentalisées ou en voie de l’être, et donc fausses ou hypocrites –contrairement aux sociétés asiatiques dont les mœurs sont d’une radicale authenticité-, la voix de la civilisation s’est à chaque fois imposée comme la mauvaise conscience de la … justice, pour édicter bruyamment qu’une barbarie est toujours très mal placée pour corriger une autre, obligeant

ainsi la communauté des hommes à presque se mettre au garde à vous devant le violeur jusqu’à ce qu’il lui plaise de ne plus commettre ce crime dont les femmes disent qu’il est pour elles d’une gravité sans pareille, en ce sens qu’il les tue et les laisse en vie en même temps comme pour leur faire subir éternellement le supplice de l’ignominie dont elles ont été victimes.

Et arrive donc « Coupez-leur le zizi », sous la plume de Félix Mbetbo. Sur la forme, une instigation justicière. Au fond, un recueil des saletés déposées sur la vie des femmes et jeunes filles par des prédateurs sexuels, criminels en col blanc, qui bénéficient de la complaisance d’une société qui donne le sentiment que le mal “viol” n’est pas si profond que ça !

Au fond, c’est ce fond qui fait le grand charme de « Coupez-leur le zizi » dont le ciseau ensanglanté de la première de cover horripile la “bienpensance” ambiante mais que le résumé du plat verso justifie, quasiment sans coup férir :

« Dans notre pays, on viole en silence et c’est dans ce silence que les victimes meurent. Les chiffres récents laissent eux aussi sans voix. Selon l’Unicef au Cameroun, 60% des filles entre 15 et 19 ans ont vécu des expériences de violences sexuelles ; 40 % d’entre elles n’ont jamais parlé à personne de ce qu’elles ont subi ; 14% déclarent avoir subi des viols pendant qu’elles étaient enceintes…Sans oublier que la majorité de ces crimes sont perpétrés dans le cadre familial. Malgré ces chiffres alarmants et sans cesse croissants, nous continuons bon gré mal gré d’entretenir l’omerta et la culture du viol. Les enfants, les femmes, ne se sentent en sécurité nulle part dans la société ; le violeur est partout et prolifère au fil des agressions. Alors face à ce phénomène contre-nature, que font les familles, les écoles, les églises, les organisations, l’État, la justice ? ».

Pour comprendre le « Coupez-leur le zizi » de Félix Mbetbo, Horizoncamer suggère simplement que l’on rompe avec cette coutume qui consiste à lire une lettre à travers une enveloppe non encore découverte.

La dédicace du livre a eu lieu à Douala le 22 janvier…

 

Il faut en effet se procurer l’ouvrage de 140 pages publié aux célèbres Editions du Muntu le 26 novembre 2019, pour affronter, à travers les témoignages des victimes et rescapées, toutes traumatisées des actes de viol, parfois à vie, la cruauté de l’acte de viol et se ressourcer sur la base des avis d’experts que recèle le livre. Car on ne le dira jamais assez, les récits contenus dans ce livre, qui se suivent et ne se ressemblent pas, « sont tous, les uns aussi révoltants, choquants et grinçants que les autres ».

…Puis cap a été mis sur d’autres villes du pays.

Encore heureux (?) que de nombreuses victimes de viol n’aient pas eu le courage de témoigner, comme on a pu l’apprendre lors de la présentation du livre le 22 janvier 2020 à la galerie “Carré des Artistes” à Bonapriso (Douala).

Détails sur le livre « Coupez-leur le zizi »

  • Broché : 140 pages
  • Editeur : Les éditions du Muntu (26 novembre 2019)
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2956287443
  • ISBN-13 : 978-2956287445
  • Dimensions du produit : 15,2 x 0,9 x 22,9 cm

Félix Mbetbo : Ecce homo !

Félix Mbetbo est un jeune leader associatif né au Cameroun à l’aube des villes mortes. Il est actuellement stratège en publicité et blogueur. Il est promoteur de « La rencontre Nationale des jeunes Auteurs » et des « Ateliers du Muntu ». Ecrivain, il a publié « Le Philosophe et le Numérique » avec le Professeur Njoh Mouelle en 2015 ; « République du Piment » en 20l7 classé livre de l’année ; et « Sur les rues de Douala » en 2018 aux Editions du Muntu.

About Etienne TALLA

Patron de 02 E-Media: www.horizoncamer.com et www.Tallartistik.com. Blogueur et communicant pour des marques. ''Meilleur Blogueur Francophone'' 2019 au ''BDMA'' Contact: 697672656. Mail: tallaetienne94@gmail.com

Check Also

Scandale : L’actrice Marie Inès Ayonga trainée en justice par la Waves Films Production

Marie Inès n’est  pas la seule à être poursuivie par la nouvelle maison de production. L’actrice Cynthia Elisabeth Ngono est également convoquée à comparaître devant les autorités judiciaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

LET'S GO
SUBSCRIBE
INSCRIVEZ
Gratuitement
Sed ut perspiciatis unde omnis