Home / Actualités / Afrique du sud : Comment la xénophobie a eu raison du concert “Africa Unite”

Afrique du sud : Comment la xénophobie a eu raison du concert “Africa Unite”

Le Sud-Africain Kwesta, l’Américain Jidenna, le Nigerian Burna Boy, entre autres, n’ont pas presté samedi à Pretoria, pas plus qu’ils ne le feront ce dimanche dans la flamboyante ville sud-africaine du Cap, dans le cadre du concert de l’”Africa Unite” qui visait à conjurer les démons de la xénophobie anti-africaine qui semble être devenu le champ d’expression des citoyens de la “Nation Arc-en-ciel”. Et du coup, les concepteurs du mot d’ordre « un seul continent, un seul peuple, un seul amour », qui devait constituer le leitmotiv de l’événement devront le remiser plus profond.

Ainsi en ont décidé les xénophobes qui se réclament sans honte de la lutte menée par les pères fondateurs de l’Afrique du Sud débarrassé du cancer de la ségrégation raciale (Apartheid).
En cause, le ressentiment aux confins du chauvinisme d’une bonne partie des Sud-Africains, qui ne décolèrent pas, plus de deux mois après, contre l’artiste nigérian Burna Boy, qui avait dit son amertume lors des actes de sauvagerie perpétrés début septembre en Afrique du Sud contre des étrangers d’origine africaine.

Sur le réseau social, l’artiste nigérian s’était véhémentement inscrit en faux contre la chasse aux étrangers dont se rendait fréquemment coupable les concitoyens du plus emblématique des Africains de ces deux derniers siècles, Nelson Mandela. Et après avoir évoqué sa propre expérience de la xénophobie sud-africaine, Burna Boy avait annoncé qu’il ne mettra plus jamais les pieds dans ce pays tant que « le gouvernement ne se réveillerait pas ». Et après que l’artiste sud-africain AKA eut réagi à cette triste actualité en essayant de renvoyer dos à dos les uns et les autres, Burna s’en était pris à lui, menaçant même d’attenter à son intégrité physique.

Ce qui n’est en fait la manifestation d’une colère légitime est pris ici par les incorrigibles xénophobes Sud-Africains comme un mépris impardonnable pour leur pays.

 

Finalement ces défenseurs de la dignité de la Nation arc-en-ciel ont eu raison de la raison. Et de l’organisateur du concert qui a finalement pris la sage décision de l’annuler. Pour ne pas leur donner une autre raison d’exceller dans la sauvagerie.

About La rédaction

Check Also

Négociations en trompe-l’œil sur la crise anglophone : Comment le tweet de Ayuk Tabe a tout fait foirer

Le régime de Yaoundé voulait ainsi trouver les moyens de créer des conditions d’un possible apaisement lui permettant de mettre à exécution son programme de reconstruction des régions anglophones.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

LET'S GO
SUBSCRIBE
INSCRIVEZ
Gratuitement
Sed ut perspiciatis unde omnis